Les instances dirigeantes de la FIG donnent le feu vert à une nouvelle discipline

Parkour & Freerunning
Les instances dirigeantes de la FIG donnent le feu vert à une nouvelle discipline

La Fédération Internationale de Gymnastique souhaite développer le Parkour !

Les instances dirigeantes de la FIG, qui tenaient leurs réunions à Bakou (AZE) la semaine passée, ont donné leur accord de principe à l'inclusion d'une nouvelle discipline basée sur des compétitions de parcours d'obstacles dans le programme de la FIG. Dans la foulée de la décision prise en février de développer une telle discipline, le Comité exécutif de la FIG et le Conseil de la FIG - assemblée législative annuelle de 44 délégués provenant des cinq continents - ont ainsi approuvé les étapes clés du processus d'inclusion, avec en vue l'organisation de séries de Coupes du monde en 2018 et 2019 et de Championnats du monde dès 2020.
Sprint et Freestyle
La FIG entend développer deux formats de compétitions de parcours d'obstacles:
- Le «parcours d'obstacles sprint»: le temps pour effectuer un parcours imposé prime.
- Le «parcours d'obstacles freestyle»: la performance est jugée.

Ces formats reposent sur des parcours en grande partie artificiels, truffés d'obstacles qui reprennent des formes présentes dans l'environnement urbain ou naturel.

Un tout premier événement sous l'égide de la FIG se tiendra le 28 mai 2017 dans le cadre du FISE à Montpellier (FRA). Pouvant servir de modèle pour un futur noyau urbain aux Jeux Olympiques de Tokyo et pour les JO suivants, ce festival FISE 2017 présente plusieurs autres compétitions, notamment de BMX freestyle, d'escalade boulder et de roller sous le patronage de l'Union cycliste internationale (UCI), de la Fédération internationale d'escalade sportive (IFSC) et de la Fédération internationale de roller sports (FIRS). Des représentants du Comité international olympique (CIO) viendront observer ces nouvelles tendances en vue des JO de Tokyo.

Pour l'organisation de ces compétitions et les initiations prévues, la FIG s'est alliée avec le Mouvement international du Parkour, Freerunning et l'Art du déplacement par l'intermédiaire de son Président Charles Perrière (FRA), ainsi qu'avec APEX School of Movement (USA) et JUMP Freerun (NED).
Différence entre Parkour et compétitions de courses d'obstacles
D'un point de vue historique, les parcours d'obstacles ne sont pas un phénomène tout à fait nouveau. Les entraînements de gymnastique militaire au 19e siècle, dans des pays comme la France, l'Allemagne ou la Suède, incluaient des techniques pour mieux franchir des obstacles.

Dans les années 90, le Français David Belle a donné une nouvelle forme à cette pratique en fondant le parkour qu'il définit comme l'«art de se déplacer, aussi bien dans le milieu urbain que dans le milieu naturel, en se servant de toutes les constructions ou les obstacles qui ne sont pas prévus pour cela à la base». Rendu célèbre par les exploits des Yamakasi, un groupe de sportifs, le parkour a inspiré les compétitions de parcours d'obstacles d'aujourd'hui.

Dans ce processus d'inclusion d'une nouvelle discipline, la FIG dispose du soutien du Mouvement international du Parkour, Freerunning et l'Art du déplacement, lancé en 2014 par les fondateurs du parkour pour mieux en encadrer la pratique.

Avant que le Comité exécutif de la FIG se prononce sur la question en février, le Président de la FIG, Morinari Watanabe, s'est lui-même rendu à Lisses, dans la banlieue de Paris, pour rencontrer l'actuel président du Mouvement, Charles Perrière. Dans cet endroit qui a vu naître le parkour, il a pu en saisir la philosophie non-compétitive et comprendre la vision défendue par ses pratiquants.

"En tant que fédération internationale de sport olympique bien établie, la FIG a accepté d'apporter son soutien au développement d'une pratique qui connaît un réel engouement dans le monde entier", a souligné Morinari Watanabe. "Elle le fait avec le désir de respecter la philosophie ayant animé ses pionniers et de chercher à les mettre au premier plan."

"La collaboration menée par le Mouvement et la FIG a pour objectif d'assurer un lien bénéfique entre compétitions de parcours d'obstacles et la pratique originelle du parkour qui, par définition, est une activité physique non-compétitive, l'attrait pour l'une pouvant contribuer à susciter l'intérêt pour l'autre", a affirmé Charles Perrière.

La FIG, elle-même, n'est pas seulement axée sur la compétition. A travers une de ses disciplines, la gymnastique pour tous, elle fait la promotion de toute forme de pratique gymnique, quels que soient l'âge, l'origine culturelle ou les capacités physiques.

Le rapprochement entre ces différents acteurs et la Fédération internationale de gymnastique s'est fait d'autant plus naturellement que plusieurs fédérations nationales membres de la FIG, comme la Fédération néerlandaise de gymnastique via JUMP Freerun, proposent à leurs membres des entraînements de parkour tandis que certaines organisent des compétitions de parcours d'obstacles allant jusqu'aux championnats nationaux.
Les étapes clés du processus d'inclusion
Lors de leurs réunions à Bakou, le Comité exécutif de la FIG et le Conseil de la FIG ont approuvé la feuille de route fixant les grandes étapes du processus d'inclusion.

La FIG va commencer par convier à Lausanne début juin les représentants des fédérations internationales existantes et autres groupes d'intérêt dont les organisateurs d'événements majeurs pour expliquer sa démarche, définir leurs objectifs communs et jeter les bases d'une bonne collaboration.

Le prochain Comité exécutif de la FIG dans le Vestfold (NOR) fin juillet se prononcera ensuite sur l'organisation de séries de Coupe du monde en 2018 et 2019, et le principe d'organiser des Championnats du monde les années paires si possible à partir de 2018, mais plus probablement 2020.

La FIG entend également collaborer avec le Mouvement, afin d'encourager le développement de pratiques non-compétitives, en apportant son soutien à des actions humanitaires menées par des organisations comme Peace and Sport et le CIO dans des camps de réfugiés et dans les centres olympiques en Haïti et en Zambie.

L'inclusion d'une nouvelle discipline requiert également des modifications aux règlements techniques qui devront être soumis au prochain Conseil en 2018, mais aussi quelques changements aux Statuts de la Fédération, qui seront soumis au vote de l'assemblée générale lors du Congrès de Bakou à l'automne 2018.

Cette discipline, qui n'a pas encore de nom officiel, est la huitième discipline gérée par la FIG, après la gymnastique pour tous, artistique masculine et féminine, rythmique, au trampoline, acrobatique et aérobic.
GOBELGYM FWB Adeps Be Gold Euromillions Gymnova Agiva Arena Panathlon AMGS