Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

Gymnastique Artistique Masculine

Description de la discipline

La pratique de la gymnastique artistique exige une grande rigueur et une grande ténacité. Lorsqu’on regarde de la Gymnastique Artistique Masculine (GAM), on y voit des gymnastes démontrant leur force, leur souplesse, leur endurance, leur agilité et leur cran en évoluant sur 6 agrès. Les championnats se font par équipe ou individuellement. Certains gymnastes, aussi appelés généralistes, performeront sur les 6 agrès. D’autres ne présenteront que les agrès qu’ils maitrisent au mieux et seront répertoriés sous le l’appellation de spécialistes.

Cette discipline peut se pratiquer soit en compétition soit en loisir. En Belgique, la GAM de compétition se compose en plusieurs division, allant de la division 1 (plus difficile) à la division 3 (plus accessible) auquel vient se greffer le programme Jeunes. La filière formation permettra, aux jeunes gymnastes débutant la gymnastique de compétition, de recevoir la formation de base technique et physique nécessaire à l’intégration de l’une des divisions proposées par la suite en filière libre.

Le concours général regroupe donc 6 agrès : le sol, le cheval d’arçon, les anneaux, le saut, les barres parallèles et la barre fixe (ordre olympique). Le gymnaste avec le plus de points à la fin sur l’ensemble des agrès est désigné champion.

Gymnastique Artistique Masculine

Description des agrès
Gymnastique artistique masculines regroupe 6 agrès : le sol, le cheval d’arçon, les anneaux, le saut, les barres parallèles et la barre fixe

Le sol

Le sol est un agrès qui demande une grande agilité acrobatique. Le gymnaste doit exécuter avec aisance l’entièreté de sa série sur un plancher de 12m carré. Celui-ci est composé de façon prédominante d’acrobaties en avant et en arrière, combinées avec d’autres éléments gymniques de force et d’équilibre, des mouvements de souplesse, des appuis renversés et des combinaisons chorégraphiques, constituant un tout harmonieux et rythmé. L’ensemble de la surface doit être utilisé.

On distingue cet agrès de celui des gymnastes féminines par le fait que les gymnastes masculins réalisent leurs enchaînements sans accompagnement musical ni chorégraphie et que sa durée ne doit pas dépasser les 70 secondes (pour 90 secondes chez les gymnastes féminines).

Le cheval d'arçons

Le cheval d’arçons est considéré comme l’engin le plus difficile par les gymnastes. En effet, celui-ci exige de la finesse et de la précision dans le geste exécuté, un gainage parfait mais également une grande endurance au niveau des membres supérieurs du corps en particulier les poignets et les épaules. La série consiste en un enchaînement d’appuis et déplacements sur toutes les parties du cheval (160cm de longueur et 35 cm de largeur) à savoir les transports, les élans pendulaires (ex : ciseaux), les élans circulaires jambes serrées et écartées (ex : cercles, russes, etc…) ainsi que les élans passant par l’appui renversé avec ou sans rotations. La série doit être exécutée avec fluidité, rythme et sans arrêt. Le gymnaste commence son exercice à la station debout et le termine par une réception stabilisée en fin de mouvement.

Les anneaux

Les anneaux sont l'agrès nécessitant le plus de force. L'enchaînement consiste à alterner des éléments de force et de maintien (croix, croix inversées, planches, hirondelles, …) avec des phases d'élan (soleils, lunes, sorties saltos) répartis en nombre égal et cela à une hauteur de 2,80m du sol.

La série doit comporter un enchaînement d’éléments passant par la suspension, l’appui et l’appui renversé et est caractérisée par des transitions entre les parties d’élan, de maintien et de force ou inversement. Le gymnaste doit s’efforcer d’éviter le balancement des câbles, ce qui, compte tenu de leur grande mobilité n’est pas chose aisée et nécessite une grande puissance musculaire et un bon équilibre.

Le gymnaste aura besoin de maniques spécifiques (2 trous) pour réaliser l’entièreté de son exercice. Celui-ci commence au moment où l’entraîneur soulève le gymnaste à la suspension fixe jambes serrées.

Le saut

Le saut nécessite une grande explosivité des membres inférieurs. En effet, l’exercice au saut consiste à prendre de la vitesse en courant le plus vite possible (sprint sur une distance de 25m maximum) vers la table pour ensuite sauter à l'aide d'un appel des deux pieds sur un tremplin par-dessus celle-ci (135 cm de hauteur) en effectuant un mouvement acrobatique avec appui rapide des mains.

Les gymnastes compliquent ce mouvement en ajoutant des saltos, des vrilles après la pose de mains ou une rondade avant l’arrivée sur la table.

Lors des compétitions, un seul saut est présenté. Dans le cadre des championnats internationaux, un 2ème saut peut être également exécuté dans le but de se qualifier pour une finale.

Le saut débute avec le premier pas ou sursaut du gymnaste, mais l’évaluation commence au contact avec le tremplin et se termine à l’arrêt complet du gymnaste, après réception de l’acrobatie.

Les barres parallèles

Aux barres parallèles, le gymnaste évolue à 2m du sol sur des barres longues de 3m5. Celui-ci doit faire preuve d’équilibre, de souplesse et d’une grande agilité. La série alterne les phases d'élan et de vol avec des phases d'appui (appui brachial, équerres) sur une ou deux barres (3m5 de longueur et 2m de hauteur) mais aussi des phases d'équilibre en force et de suspension (soleils, bascules, lâchers de barres) pour se terminer par une sortie de valeur supérieure.

La barre fixe

La barre fixe appelée également « rec » regroupe des exercices dynamiques s’enchaînant rapidement sur une barre en métal relativement haute (2m du sol) ce qui demande une grande dextérité, du cran, de l'habileté ainsi qu’un gainage parfait. Le gymnaste portera une paire de maniques spécifiques adaptée à l’engin (3 trous). Une série complète est faite d’élans (lune, soleil, etc…) de rotations (valses avant-arrière, etc…), de parties avec vol (lâchers) et de tours proches de la barre ou loin de la barre en prise diverse (Stalder, Endo, Adler, tour libre, etc…) s’enchaînant avec amplitude et fluidité se terminant par une sortie acrobatique de valeur supérieure stabilisée au sol.